AID Technologie, votre agence web
 
histoire de france
Histopedia.fr,  La IIIème République Une installation durable de la République
dans l'histoire politique de la France
 

La Troisième République (jusqu'à la première guerre mondiale)

» Retour aux grandes périodes de l'histoire de France
 

Le 2 septembre 1870, suite à la défaite de Sedan, au château de Bellevue qui domine Sedan et la Meuse, les généraux en chef des deux camps signent la reddition de l’armée française, en présence de Bismarck et de Napoléon III, qui gagne ensuite son lieu de détention près de Cassel en Allemagne.

L’opposition parlementaire républicaine, menée par Gambetta, proclame la 3ème République. Un gouvernement de la Défense nationale est constitué.

Le 18 septembre, débute le siège de Paris par les armées prussiennes. L’armée de Bazaine résiste toujours dans Metz assiégée. Gambetta quitte Paris en ballon pour tenter de réorganiser la défense de la France depuis Tours.

Le 30 octobre, la capitulation précipitée de Bazaine et de l’armée de Metz (150 000 hommes) force le gouvernement à se replier de Tours à Bordeaux.

L’Unité allemande est réalisée, les souverains allemands réunis au château de Versailles proclament l’empire le 18 janvier 1871.

Le roi Guillaume 1er de Prusse devient empereur d’Allemagne.

Bismarck exigeant de traiter avec des représentants élus, des élections sont organisées, les monarchistes sont majoritaires à l’assemblée, élus parce que favorables à la paix.

En mars, à Paris débute l’insurrection de la Commune. Les insurgés élisent le Conseil Général de la Commune de Paris qui adopte des mesures telles que : la séparation de l’Eglise et de l’Etat, l’adoption du drapeau rouge, l’instruction laïque gratuite et obligatoire, l’interdiction de l’enseignement confessionnel et la nationalisation des biens religieux.

En mai, les Versaillais (armée aux ordres du gouvernement) entrent dans Paris. La semaine sanglante (21 au 28 mai) s’achève par la défaite des insurgés au cimetière du Père Lachaise : on déplore 900 morts chez les Versaillais, 10 000 chez les Communards. De nombreux monuments sont incendiés dont les Tuileries, le Palais de Justice, l’Hôtel de Ville, le Palais Royal…

Le traité de Francfort de mai 1871 impose à la France de verser 5 milliards d’indemnités de guerre à l’Allemagne (soit plus de deux fois le budget annuel de la France) et de céder l’Alsace sauf Belfort (car l’essentiel de la Moselle et une petite partie des Vosges et de la Meurthe (qui devient le département de la Meurthe et Moselle).

Les allemands évacuent le territoire au fur et à mesure des paiements. L’évacuation est terminée en septembre 1873.

En mai 1873, Thiers doit démissionner car il est jugé trop républicain. Le nouveau Président Mac-Mahon est favorable au retour de la royauté.

En 1874, les légitimistes adoptent une loi qui décide de construire la basilique du Sacré-Coeur à Montmartre (1875-1914), en réparation des crimes de la Commune.

En 1879, face à la montée des républicains, le conservateur Mac-Mahon doit démissionner. Jules Grévy est élu président de la République.

En 1881, la loi Ferry décide de la gratuité de l’enseignement primaire dans les écoles publiques.

En 1887, Sadi Carnot remplace Jules Grévy à la présidence de la République.

En janvier 1889, Boulanger est élu député. Le boulangisme connait alors un grand succès, car il rallie tous les mécontents, mais en avril, il est contraint de s’enfuir en Belgique.

En juin 1894, le président Sadi Carnot est assassiné à Lyon par un anarchiste italien : Caserio. Jean Casimir - Perier le remplace.

En octobre, le général Mercier, ministre de la guerre ordonne l’arrestation du capitaine Dreyfus. Il est condamné au bagne à perpétuité pour espionnage au profit de l’Allemagne. C’est le début de l’affaire Dreyfus : La France se divise entre dreyfusards et anti-dreyfusards.

En 1898, est publié le «J’accuse... de Zola».Suite à la mobilisation des dreyfusards, un procès en révision a lieu.

En 1899, lors du second procès, Dreyfus est de nouveau condamné, mais à seulement 10 ans de réclusion. Le président de la République Emile Loubet le gracie.

Dreyfus sera réhabilité en 1906.

En 1904, la loi Combes interdit aux congrégations religieuses d’enseigner, elles ont dix ans pour régulariser la situation. Près de 2500 établissements sont contraints de fermer.

En 1905, la loi sur la séparation de l’église et de l’état est adoptée à l’initiative du député socialiste Aristide Briand.

En 1906, Georges Clémenceau, ministre de l’intérieur, radical et anti clérical, par souci d’apaisement, fait suspendre les opérations d’inventaire dans les cas nécessitant l’utilisation de la force.

En 1913, Raymond Poincaré, républicain modéré devient président de la République (mandat qu’il exercera jusqu’au 18 Février 1920).

Le 28 juin 1914 a lieu l’attentat de Sarajevo : l’archiduc François-Ferdinand est assassiné par Gavrilo Princip, un étudiant nationaliste serbe de Bosnie.

Les principaux états européens sont répartis en deux blocs :

  • la Triple Entente créée en 1907 : France, Royaume-Uni et Russie.
  • la triple Alliance ou triplice : Allemagne, Autriche-Hongrie et Italie

Le 28 juillet : l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie.

Le 1er août : l’Allemagne déclare la guerre à la Russie, qui soutient la Serbie.

Le 3 août, l’Allemagne déclare la guerre à la France, puis à la Belgique. Le Royaume-Uni déclare la guerre à l’Allemagne qui vient d’envahir la Belgique.

Le 6 août : l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Russie. Le 11 et le 13 août, la France puis le Royaume-Uni déclarent la guerre à l’Autriche-Hongrie.