AID Technologie, votre agence web
 
histoire de france
Histopedia.fr,  Les Capétiens directs De Hugues Capet à Charles IV le Bel
 

Les Capétiens

» Retour aux grandes périodes de l'histoire de France
 

Les multiples invasions des Scandinaves et des Hongrois qui se sont succédé à la fin du 9ème siècle et au début du 10ème ont affaibli l’Etat et le pouvoir monarchique et favorisé l’essor du régime féodal.

Les ducs et comtes ont progressivement transformé en fief héréditaire leur duché ou comté.

Le pouvoir réel des derniers carolingiens est très faible.

Le personnage le plus puissant est le Comte de Paris et Duc des Francs, Hugues le Grand, établi entre la Somme et la Loire et appartenant à la puissante maison des Robertiens.

A la fin de l’époque carolingienne, la monarchie française est devenue élective et non plus héréditaire, les Grands du Royaume se sont arrogé le droit d’élire le roi, ce qui renforce considérablement leur pouvoir.

A la mort de Louis V, en 987, ce n’est pas un Carolingien qui est élu, mais un Robertien, l’ainé des fils de Hugues le Grand, Hugues Capet.

A l’assemblée de Senlis, l’archevêque de Reims, Adalbéron, propose aux Grands d’élire Hugues Capet et non le carolingien Charles, duc de Basse-Lorraine, oncle du défunt.

L’avènement de Hugues Capet est un des événements importants de l’histoire de France, puisqu’il fonde une dynastie qui règne sans interruption jusqu’en 1792. Les Révolutionnaires appelleront d’ailleurs Louis XVI « Capet »

Les premiers capétiens prennent soin de faire élire et couronner leur fils aîné de leur vivant. Leur dernier roi à avoir été élu et couronné du vivant de son père est Philippe II Auguste.

Les Capétiens parviennent ainsi à établir une dynastie héréditaire. Il faut souligner que les Capétiens ont la chance, en ces temps de forte mortalité infantile, d'avoir un fils aîné qui leur succède de 987 à 1314.

Enfin, en affirmant le caractère sacré de la monarchie, les Capétiens affermissent leur pouvoir. C'est grâce à l'appui des membres du clergé qu'Hugues Capet doit en grande partie son élection en 987 et surtout avec le sacre à Reims que les Capétiens acquièrent un caractère sacré.

Toutefois les vassaux restent puissants, c’est ainsi qu’en 1066, le duc de Normandie, Guillaume le Conquérant, remporte la bataille d’Hastings et se fait couronner roi d’Angleterre.

Mais la France manque d’unité. Beaucoup de fiefs : les duchés de Normandie, d’Aquitaine, les comtés de Flandre, de Champagne de Toulouse sont plus grands et plus puissants que le domaine royal qui, lui, s’étend des environs de Compiègne à Orléans.

En 1096 a lieu la première croisade. L’année précédente, le pape Urbain II, un Français, réunit un concile et demande aux chevaliers d’aller délivrer les lieux saints, occupés par les Turcs. Les Croisés prennent Jérusalem en 1099.

Louis VI, avec l’aide de l’abbé Suger fait faire à la monarchie capétienne des progrès importants.

Le mariage de son fils avec Aliénor d’Aquitaine en fait un souverain riche et puissant, mais , en 1151, il répudie Aliénor qui épouse alors Henri II Plantagenet et lui apporte l’Aquitaine, le Poitou, le Périgord…Un immense empire était ainsi créé de la frontière écossaise aux Pyrénées.

Le règne de son fils, Philippe Auguste va durer 43 ans et sera un grand règne. Il l’emporte définitivement sur les Plantagenet, étend le domaine royal, affirme l’autorité monarchique et met en place une administration efficace.

La victoire de Bouvines (1214) fait naitre le sentiment de nation française.

Le règne de Louis IX marque peut-être l’apogée de la dynastie. Les hautes qualités de Saint-Louis, la façon dont il accomplit sa tâche royale le font respecter dans tout l’Occident. L’Eglise lui rend hommage en la canonisant 27 ans seulement après sa mort.

Le règne de Philippe IV le Bel revêt également une grande importance. Il accroit le domaine national et il voit s’affirmer le sentiment d’unité nationale et de conscience de l’Etat. Son règne est marqué par une querelle retentissante avec le pape, de graves problèmes financiers, le procès puis l’élimination des Templiers.

Ses fils, les rois maudits essaient de poursuivre sa tâche.

L’œuvre accomplie par Philippe Auguste, Saint Louis et Philippe le Bel est trop forte pour être remise en question en quelques années. De la France féodale du 11ème siècle, morcelée à l’infini et sans véritable gouvernement, le grands rois capétiens ont réussi à bâtir un état moderne et centralisé.